La fin de la V° République ?

Ainsi, François Hollande ne se présente pas à sa propre succession.
hollande
 
Les sondages en ont décidé ainsi, mais bien au dessus de cela l’absurdité institutionnelle qu’un président de la République sortant aille débattre dans une primaire avec Marie Noelle Lienemann et Gérard Filoche (avec tout le respect que j’ai pour l’un).filoche
 
Sarkozy et Hollande ont ainsi l’un après l’autre affaibli la fonction présidentielle de la V° République. Buisson (duquel rien neme rapproche) le décrit fort bien dans son livre « la cause du peuple ».

Lire la suite

Un passé nommé Désir

Le congrès de Toulouse du Parti Socialiste s’est terminé sans surprise, comme sa préparation avait commencé. Harlem Désir est désigné. Le Parti est lobotomisé.

Que semble loin le temps, en 2006, où la météorite Ségolène Royal bousculait les lignes, osant aborder des questions taboues, sur la sécurité, l’équilibre des droits et devoirs, la décentralisation, le cumul des mandats, la création d’un parti ouvert, réclamant de se réapproprier les attentes populaires, quitte à faire moindre place aux « bobos ».

Comme Sarkozy et Bayrou, Royal a été balayée par la crise. A droite, au centre, à gauche, les postures innovantes, les volontés rénovatrices, le souhait de s’émanciper des stéréotypes éculés, ont été balayées par la crise pour redonner place aux réflexes les plus archaïques. Là où on aurait besoin de visionnaires, de donneurs de souffle, on a affaire aux bricolages, aux tripatouillages et aux ravaudages les plus décourageants. Lire la suite

nouveau gouvernement

Equilibre, rajeunissement, féminisation. Et des femmes et des hommes raisonnables et responsables à des postes clefs. J’ai envie de dire « bonne chance »
Je me réjouis particulièrement des nominations de :
–  Pierre Moscovici au mistère de l’économie et des finances. Sa compétence reconnue et appréciée au delà des frontières partisanes, les positions responsables qu’il a toujours défendues avec constance sont un gage d’une prise en compte réaliste et pragmatique des mesures nécessaires pour affronter la crise.
–  Manuel Valls au ministère de l’Intérieur. Son engagement laïc et Républicain est connu de tous et nous nous sentons particulièrement proche de ses valeurs. Nous souhaitons qu’il contribuera à réconcilier la Gauche avec la nécessité du respect de l’Etat de droit, et de la protection de la sécurité de l’ensemble de nos concitoyens.
– Laurent Fabius au ministère des affaires étrangères. La grande expérience de l’ancien premier ministre sera indiscutablement un atout pour faire entendre la voix de la France dans le concert des nations.
– Vincent Peillon à l’Education Nationale. Sa profonde connaissance du dossier dont il est un des meilleurs connaisseurs à Gauche doit rassurer personnels, parents et étudiants. Son approche pragmatique et son sens de l’ouverture politique nous semblent également de bon augure pour lui permettre d’aborder les réformes nécessaires pour rendre plus performant l’ensemble du dispositif de formation au long de la vie.
– Delphine Batho comme ministre déléguée à la justice. Ses prises de position lorsqu’elle était en charge des questions de sécurité dans l’équipe de Ségolène Royal nous semblent permettre un travail en bonne intelligence entre la place Beauvau et la Chancellerie.
– Fleur Pellerin aux PME et à l’économie numérique. La libération des énergies créatrices, l’encouragement à l’innovation, à la généralisation du très haut débit sur l’ensemble du territoire sont des conditions indispensables à le reprise de la croissance et de la performance économique.
Maintenant tout reste à faire