Avec Emmanuel Macron, pour libérer les énergies et consolider la démocratie !

La primaire de la « droite et du centre » (sans candidat du centre !) s’est soldée par la désignation d’un de ses postulants les plus conservateurs, porté par la « manif pour tous », faisant profession que l’économie des années 60 et le mode de vie de la société française des années 50 peuvent être nos horizons pour demain. Pour lui, le retour aux 30 glorieuses, c’est possible, avec lui. Accentuer les aspects bénéfiques de la mondialisation et de la révolution numérique pour transformer les risques qu’ils représentent en atouts, ce n’est pas sa vision. Ce n’est pas à cause des charges sociales que les maréchaux ferrants ont cessé d’exister. Et ce n’est pas la baisse des charges (aussi souhaitable soit-elle) qui empêchera les voitures intelligentes de remplacer les livreurs et es chauffeurs routiers. C’est le candidat d’une France rance qui ne nous séduit et ne nous convainc pas. Lire la suite

Cuba Si ! Castro No !

Les héros devraient  mourir jeunes

Ainsi Fidel Castro est mort le 25 novembre à l’âge de 90 ans. Ce n’est pas sans pertinence que Michel Onfray s’interroge sur la curiosité de cette date qui correspond à l’anniversaire du départ des 82 combattants castristes en 1956 vers Cuba sur leur coque de noix le « Granma ».

Ainsi peuvent prêter le soupçon les régimes autoritaires qui adorent arranger l’histoire à leur manière. Alors, Castro mort depuis plusieurs semaines ? Castro débranché de jour dit sur ordre des hiérarques du régime ? … et alors…

castro-vieux

Je doute que l’on voit un jour sur les tee shirts des jeunes gens de l’extrême gauche la figure de cette personne âgée et malade. Les jeunes révolutionnaires n’aiment pas trop les vieux.

J’ai d’ailleurs toujours été surpris par la fascination assumée par beaucoup de gens de ce courant pour les mâles  figures de beaux jeunes hommes en armes prêts au combat. Très loin de leurs discours  habituels. plus proche de d’Annunzio, voire de Drieu dans l’imaginaire du héros. « Viva la muerte » disaient les uns. « Qu’importe où nous surprendra la mort, qu’elle soit la bienvenue…. » écrivait Ernest Guevara.
cstro-2

guevara sankara

Oui, Castro a été jeune, fringant, barbu et a fait le coup de feu. Mais voilà, il a vieilli, il a dirigé son pays des années et des années. Ce n’est pas ainsi que l’on fait rêver les guerilleros du quartier latin ou de Nuit Debout. Alors, ce sont les images du « Che » ici, et de Thomas Sankara ailleurs qui font rêver de révolution et s’affichent fièrement sur les tee shirts. Ils sont morts jeunes en héros tragiques sous les coups de leurs adversaires, vendus, trahis. Jeunes pour l’éternité.

Lire la suite

Macron est-il Monsieur x ? JJSS ? ou Tony Blair ?

Alors, Emmanuel Macron se présente !

Je ne peux pas nier qu’ Emmanuel Macron soit séduisant. Un homme ayant le courage d’épouser sa prof de 24 ans son aînée et de rester avec elle, alors que l’argent, la notoriété et les tentations sont là, ne manque pas de panache.

Et les tentations lui sont multiples.macron

Qui aurait pu imaginer que le collaborateur de Georges Sarre, sans doute ce que le PS fût capable de produire de plus rigide (sans sous-estimer André Laignel bien sûr), puisse devenir banquier d’affaires, puis ministre de d’économie de François Hollande, quelques semaines après avoir fustigé la politique de celui-ci dans un article de presse ?

C’est plus qu’intéressant.

C’est séduisant pour le social libéral assumé que je suis. Lire la suite

USA : quelques premières réflexions

Je suis un parisien, je pourrais être un New Yorkais ou un San Franciscain. J’aurais aimé l’élection de Hillary Clinton, comme symbole du plafond de verre qui vole en éclat, venant de la puissante démocratie américaine. Américain, j’aurais voté Clinton.

Mais, essayons d’observer ce qui s’est passé et de penser France 2017 quand on écrit USA 2016 :

  • Les élites politico-médiatiques et les militants politiques français (de droite et de gauche) ont toujours combiné une totale incompréhension de la vie politique américaine, un profond mépris de son personnel politique avec une profonde sidération quant au profil des dirigeants qui en émergeaient.
  • Souvenons nous de ce qu’on disait sur Jimmy Carter « le marchand de cacahuètes…… De Reaganjimmy_carter, l’acteur de westerns imbéciles, de Bush 2 le gros débile alcoolique… et c’est sans fin. Mais ces gens ont été élus et n’ont pas tous fait de très mauvais présidents (qu’on soit d’accord ou non avec leurs orientations est une autre histoire).
  • La formidable aventure de la révolution numérique, saluée (à juste titre) par tout ce que le monde compte d’esprits tournés vers l’avenir, ne doit pas faire oublier qu’il y a une histoire à raconter et un avenir à offrir à ceux dont elle détruit les emplois. Ils sont et seront nombreux : hier les ouvriers d’industrie, aujourd’hui salariés des services, demain ingénieurs, informaticiens … et même médecins. Et si on ne les oubliait pas ?
  • Une partie de la population, de ce fait, par ce qu’elle vit ou par ce qu’elle projette, est dans une grande insécurité, réelle ou perçue. Elle peut être économique et sociale. Elle peut être aussi une insécurité culturelle (cf Laurent Bouvet). Et si on les écoutait ?
  • Pour elle, domine l’impression d’être délaissée par les élites qui ne s’intéressent qu’aux idées, aux tendances dominantes à New York et San Francisco (dans le boboland en France). Et si on ne les méprisait pas ?
  • Pour une partie de cette population, cette impression se traduit par le rejet qui peut aller jusqu’à l’exécration des symboles représentatif de cette élite qui trône à Washington comme à New York. Et pour des gens ni racistes ni misogynes (et a fortiori pour ceux qui le sont), une femme succédant à un Africain américain c’était trop. Et si on envoyait des symboles équilibrés ?
  • L’Amérique, comme la France est donc coupée en deux. Aux USA, comme en France, Washington (le personnel politique) est considéré  comme une planète autonome hors de la réalité des gens. Milliardaire (qui est souvent considéré comme un handicap en France, mais pas aux USA), mais contempteur de Washington, Trump est apparu comme un homme du renouveau. (Un peu plus crédible en ce rôle, avouons le, que Bruno Le Maire en France !). Et si on donnait vraiment des signes de rénovation ?
  • Par ailleurs, là-bas, comme ici, on ne gagne pas une élection en se contentant de dénoncer un épouvantail, qu’il s’appelle Trump, Le Pen ou Sarkozy (ou Hollande ces temps-ci). Dès 1986, sans qu’on n’ait jamais su si c’était du second degré ou non (les affiches étaient assez humoristiques),au-secoursla Gauche faisait campagne sur la thématique « l’autre est un méchant ». La Gauche a perdu en 1986. Et la paresse intellectuelle, la conviction profondément ancrée chez beaucoup qu’il est évident qu’ils portent la seule vérité possible font un bon tandem pour s’exonérer de la construction d’un programme. Et si on arrêtait cette puérilité ?
  • Un programme ? Evidemment pas pas un manuel détaillé de ce qu’il faut faire au jour le jour dans les 4 (5 en France) prochaines années, mais une vision, une perspective, une « geste » à laquelle on puisse adhérer. Trump a su le faire avec « rendre à l’Amérique sa grandeur ». « Trump est un incapable imprévisible » n’est pas une vision d’avenir à laquelle on peut adhérer. Et si les candidats nous montraient la « nouvelle frontière » ?
  • Enfin, on ne gagne pas une élection avec un candidat détesté par une partie importante de l’opinion.  Evidemment les gens de droite n’aiment pas trop les candidats de gauche et réciproquement. Ce serait beaucoup demander. Mais il peut y avoir un minimum de respect ou, au pire, de l’indifférence. Quand un candidat est quasi unanimement perçu par le camp adverse et même une partie de son propre camp comme un politicien retors, une personne sans foi ni loi, quelqu’un qui ne respecte pas la fonction qu’il exerce (je parle des emails de Clinton, pas des entretiens Hollande/Poutine livrés à l’enregistrement de journalistes, on l’a naturellement compris)… l’élection est perdue. Et si les électeurs des primaires diverses y réfléchissaient ?

Lire la suite

La primaire des boutiquiers et des notaires : épisodes 1 et 2

J’ai regardé le 1er épisode de la primaire de la droite. Naturellement l’exercice convenu de se succéder en prises de paroles, à 7, debout devant un pupitre doit être aussi désagréable à faire qu’à regarder.

Et puis c’était une première fois. Le trac, tout ça pour des débutants c’est normal ; on pardonne.primaire-droite

Mais j’étais content : 7 personnes intelligentes, diplômées, expérimentées, dont au moins une a travaillé en entreprise, allaient nous donner leur vision de la France jusqu’en 2022 et peut-être au delà.

Ils vont nous dire comment faire de notre pays, seul ou allié à ses partenaires européens, le territoire d’éclosion et de développement des GAFA de demain. La France en Europe va retrouver le sourire en devenant la France 3.0gafa Lire la suite

repentance ou renoncement ?

Le 26 octobre, j’apprenais le décès de Gérard de Chaunac Lanzac. G. de Chaunac avait été président de Cetelem au début des années 80, une entreprise où j’ai longtemps travaillé, sans l’avoir connu avant son départ en retraite en 1985.

Un président d’établissement financier comme on n’en imagine sans doute plus. Il n’avait entendu parlé ni de lean management, ni de ACE. Power point n’existait pas et il aurait été bien en peine de manier un tableau Excel. Mais cette entreprise était alors en forte croissance. Elle était managée par des hommes (oui essentiellement c’est vrai) qui misaient sur les hommes et les femmes (pas encore souvent). les paris étaient parfois osés et des carrières se sont faites qui n’auraient existé nulle part ailleurs dans ce secteur.

scan

Mais Gérard de Chaunac n’était pas que cela. Pendant la guerre il rejoint la 2° DB du Général Leclerc. Commandeur de la Légion d’honneur, croix de guerre cité 4 fois, Legion of Merit (USA)… il sera aide de camp de Leclerc. Lire la suite

70° anniversaire du droit de vote des femmes… et encore tellement à faire

Aujourd’hui, 5 octobre 2014: le droit de vote des femmes est officiellement en marche depuis 70 ans, à la suite de l’ordonnance du 5 octobre 1944 prise sous le Gouvernement provisoire de la République Française..

Bien sûr, la France n’était pas précurseur :

1893 en Australie, 1907 en Finlande, 1918 au Royaume uni et en Russie, 1919 aux USA…1930 en Turquie !

Mais un premier pas vers l’égalité civique auquel succèderont les combats pour l’autonomie financière, le droit à la contraception, à l’IVG…

Et aujourd’hui, ici, toujours le plafond de verre, les disparités de salaires… ailleurs, interdiction de conduire, de voter, d’aller à l’école, de se présenter à visage découvert !

photo couverture EllesVotent magnifique

Alors, célébrons cet événement et portons le combat de nos aîné(e)s. Plus que jamais, rappelons à toutes et tous notre attachement à l’égalité des droits entre femmes et hommes.

Le projet « EllesVotent » veut défendre ce droit, les droits, en France.

En cliquant sur ce lien, Likez et partagez « EllesVotent » pour mener, vous aussi, ce combat.

Invitez vos amis facebook à liker eux aussi.

sauvons l’Europe

 

A la suite de Fabien Chevalier, Président de « sauvons l’Europe »

 J’ai le plaisir de vous inviter à la prochaine réunion de Sauvons l’Europe. A quelques mois des élections européennes de mai 2014, à quelques semaines des élections fédérales allemandes de septembre 2013 et à quelques jours de vacances sûrement bien méritées, nous débattrons du « couple franco-allemand, moteur ou frein de l’europrogressisme ? »  en présence de :  

Matthias FEKL

Député PS

Mardi 2 juillet 2013

19h – 20h30

 Maison de l’Europe de Paris

Clément Méric, les ennemis de mes ennemis ne sont pas toujours mes amis !

Clément Méric est mort à 18 ans.

C’est triste, c’est horrible. Rien ne peut le justifier. Comme rien ne peut justifier la mort de n’importe quel adolescent.

Ayons donc une pensée pour lui et son entourage.

Clément Méric était membre du groupe « antifa », qualifié par beaucoup comme « d’extrême gauche ». Avec quelques amis, il a pris à partie quelques jeunes gens de l’ultra droite. La castagne a donné l’avantage aux skin de droite. Une vie s’envole.

Lire la suite

Bugaled Breizh, le combat continue

Nouveau, enfin :

le site du Bugaled

A faire connaître, à placer en favoris, pour faire un lien sur votre blog…

Et une p’tite chanson pour la route :

Et les dernières minutes du film-docu « silent killer » modifiées pour coller à l’actualité :